Éclairage sain

Depuis le début de l'humanité sur Terre, nous sommes habitués à la lumière du soleil pendant le jour et à l'obscurité de la nuit. Il y a plus de cent vingt ans, la plupart des gens passaient la plupart de la journée en travaillant à l'extérieur sous le soleil et après la nuit tombante s'en allaient dormir. Aujourd'hui, la plupart des personnes suivant le mode de vie occidental moderne travaillent en journée dans des pièces avec un éclairage artificiel et après le coucher du soleil, ils gardent les lumières allumées afin de rester éveillés plus longtemps.

Les gens ont longtemps été éclairés par le feu, les torches ou les bougies, puis des lampes à huile, après le pétrole et le gaz sont arrivés, et enfin ils se sont installés les premières ampoules, où tout d'abord ils se sont sentis laids. Après une série d'améliorations ils ont adoptées la lumière fluorescente, à l'origine plus approprié pour une scène d'horreur. Aujourd'hui, les ampoules les plus puissantes sont remplacés obligatoirement par des lampes fluocompactes, dont la lumière est gênant pour beaucoup de gens et donc la question de la qualité de lumière reviens de plus en plus comme centre d'intérêt.

Dans les années quatre-vingt déjà, le professeur Holwich constatait que le niveau de l'hormone de stress des patients dans sa salle d'attente avait diminué après avoir remplacé les tubes fluorescents ordinaires par des lampes fluorescentes avec des meilleurs rendus des couleurs. Grâce à lui, ces lampes fluorescentes originales étaient autorisées plus tard dans les lieux de santé publique en Allemagne.

Aujourd'hui, nous sommes capable de fabriquer une lampe dont la lumière est proche de 98% de celle de la lumière du soleil. Cependant, les lampes, dont la lumière est de 80% ressemblante, dominent le marché, car c'est ce pourcentage qui est fixé par des normes minimales pour la qualité de l'éclairage dans les lieux de travail. Pour les lampes fluocompactes disponibles sur le marché, la situation est souvent encore pire, souvent parce que les commerçants partent du principe que le consommateur se décide principalement sur le prix.

En lien avec l'apparition des LFC en remplacement des ampoules à incandescence, nous pouvons nous attendre à une augmentation de l'insatisfaction des utilisateurs des nouvelles sources lumineuses de faible qualité. Les consommateurs devraient être informés des différences dans la qualité de la lumière et de son impact afin de leur offrir une meilleure source si les existantes ne les satisfont pas. Nous recevons par la vue environ 80% des informations conscientes et le confort visuel contribue directement à la qualité globale de la vie humaine.

Sur le marché tchèque, nous pouvons trouver la plupart des lampes fluocompactes avec des lumières jaune-blanc. Leur avantage, à part le fait qu'ils ressemblent à la lumière incandescente déjà connue, est le fait que pendant les niveaux d'éclairage plus faibles l'espace donne une impression plus naturelle surtout avec une lumière plus chaude.

Les recherches menées aux Pays-Bas montrent que pour une personne qui veut être vigilante et efficace au travail, en évitant les erreurs et les accidents et rester longtemps concentré, il est bien préférable d'avoir un niveau d'éclairage plus élevé, et aussi une couleur plus froide d'une température de couleur de 6500 K. Une lumière très intense et blanche est également utilisée en médecine pour lutter contre la dépression.

Une lumière chaude ou froide est-elle préférable? La meilleure lumière est celle du soleil, sa tonalité d'intensité et sa couleur varient en fonction de l'heure du jour, chaude du matin, plus froide le midi et de nouveau chaud le soir. L'éclairage biodynamique essaie de mimer ce phénomène naturel à l'intérieur d'un bâtiment, pour se sentir à « l'intérieur » plus proche du « comme à l'extérieur». Il propose diverses façons de gérer un tel système comme le contrôle automatique des conditions d'éclairage extérieur via des programmateurs de temps ou la possibilité d'effectuer des réglages manuels en fonction des besoins immédiats.

La pratique nous enseigne constamment que chaque substitut a ses inconvénients, qui apparaîtront tôt ou tard par rapport à l'état naturel des choses. Nous assistons à une évolution avec des vagues d'enthousiasme pour la science en général et de la technologie, qui nous offrent sans cesse de nouvelles possibilités et plus de confort, avec des vagues de retour à la nature, qui nous offre sa version originale, bien connue mais bien souvent difficilemen accessible. C'est à nous de conjuguer ces deux tendances - apparemment contradictoires - dans nos vies. L'un des exemples de «la technique inspirée par la nature" peut-être les compléments alimentaires naturels, les bio-aliments, la bio-cosmétique, les produits de nettoyage respectueux, les filtres à eau, les guides d'ondes, ou tout simplement un bon et sain éclairage.

L'éclairage sain apporte à l'homme la qualité visuelle de la vie.

Personnalités

Professeur Fritz Hollwich (*1909, †1991), ophtalmologiste allemand, professeur d'ophtalmologie et directeur de cliniques ophtalmologiques. Il a travaillé à Munich, Münster et Jena. Dans sa thèse de doctorat en 1948 il établit une distinction entre la fonction visuelle et énergétique de l'appareil optique. Il attribue un fonction énergétique aux trois quarts de la lumière incidente et seulement un quart de la fonction visuelle. Fonction énergique qu'il justifie en mesurant les niveaux d'hormones et d'autres substances dans le corps. Sur des aveugles, qui retrouvaient la vue après la chirurgie, il démontre comment la reprise de l'approvisionnement en lumière améliore la vitalité et la façon dont les niveaux de substances dans le corps retournent à leur état naturel. Chez ses patients, il observe des réductions de l'hormone du stress après avoir installé dans la salle d'attente des lampes fluorescentes semblables à la lumière du jour et donc a réussi un meilleure éclairage dans la santé publique. Il est l'auteur de nombreuses méthodes médicales, plus de deux cents articles scientifiques et de nombreux livres, notamment L'introduction d'ophtalmologie a été publié dans plus d'une dizaine parutions dans le monde occidental, et même après 60 ans, il est considéré comme un des chefs-d'œuvre du domaine. Il est co-fondateur de l'Académie internationale d'ophtalmologie. Dans ses œuvres, il cite John Ott, un pionnier de l'amélioration de l'éclairage artificiel. Les travaux du professeur Hollwich influence le lecteur par l'honnêteté humaine, sa loyauté scientifique, la précision allemande et le courage de présenter les choses telles qu'elles sont.

Docteur John Ott (*1909, †2000), technique du cinéma américain et scientifique autodidacte. Lorsqu'il a travaillé sur les scènes de "La vie secrète" de la série de Walt Disney, il reconnaît que certaines plantes filmés sous la lumière fluorescente chaud ne fleurissent pas et qu'en plus elles dépérissent. Il s’intéresse donc à l'influence de la qualité de la lumière sur les organismes vivants. Avec le temps, il trouve que la lumière artificielle où manque une composante de couleur peut avoir un effet négatif sur les végétaux et les animaux. Il donne l'importance en particulier à la composante bleu, qui est plus faible dans la lumière chaude et à la composante ultraviolette, qui reste derrière les verres de nos fenêtres et des lunettes. Il montre que l'utilisation de la lumière artificielle qui ressemble à la lumière du jour diminue non seulement l'agitation des enfants à l'école, mais aussi l'agressivité des prisonniers. Il démontre les effets des différents types de lumière sur le système hormonal qui contrôle le corps et affecte le psychisme humaine. Il a été le premier qui a parlé de la malnutrition lumineuse. Il est le fondateur de la Fondation pour la recherche de film d'observation, de l'Institut de la recherche sur la lumière et l'environnement sain et de la société Ott Lite, l'un des premiers fabricants de lampes fluorescentes avec des éléments de terres rares, qui améliorent la richesse de la couleur de la lumière. John Ott a publié plusieurs livres, des dizaines d'articles dans les revues savantes et populaires, et il a organisé plusieurs milliers de conférences. En 1957, il a reçu un doctorat honorifique en sciences à l'Université Loyola de Chicago. John Ott est un excellent exemple d'un grand enthousiaste et d'un pionnier d'un meilleure éclairage non influencé par des préceptes d'école, qui a acquis une reconnaissance à la fois publique et scientifique.

Docteur Norman E. Rosenthal (né en 1950), psychiatre sud-africain vivant aux États-Unis. En 1984, il publie un ouvrage sur le trouble affectif de saison (SAD) et de son traitement par photothérapie. Il est l'auteur ou co-auteur de plus de deux cents articles scientifiques. Il publie quatre livres: La dépression d'hiver (Winter Blues), Révolution émotionnelle (The Emotional Revolution), Le millepertuis pointillé (St. John's Worth) et Comment battre le décalage horaire (How to Beat Jet Lag).

Docteur Jacob Liberman (né en 1947), Docter Jacob Liberman (né en 1947), ophtalmologiste américain, auteur de la Lumière - Médecine du Futur (Light - medecine of the future) et Une bonne vue sans lunettes (Take Off Your Glasses and See) et le créateur de l'équipement d'entraînement pour œil EYEPORT.